L’IMPREVU, TOUT AUTRE CHOSE

TOUT AUTRE CHOSE

“Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l’être humain, mais pas assez pour assouvir son avidité.” Gandhi

C’est la chance de l’écologie. Un monde nouveau est en train de naître.

Pour EELV aussi, une page se tourne. Celle qui a vu l’écologie accompagner le monde qui se meurt. Celle qui a vu l’intérêt personnel de trop de responsables prendre le pas sur l’intérêt général du parti.

C’est le temps du renouvellement des équipes et de la reconstruction. Pour Tout autre chose, empruntons un nouveau chemin. Le chemin de L’IMPRÉVU !

Le vieux monde se meurt…



La logique du vieux monde est celle de la croissance permanente. Elle est à l’origine du productivisme qui déséquilibre notre environnement et crée le chômage « structurel ». Elle a permis la prise de pouvoir des marchés financiers qui vident de leur sens les démocraties et empêchent le sursaut nécessaire pour endiguer le réchauffement climatique. Elle exacerbe les tensions géo-politiques et laisse s’échouer sur les plages des pays européens des réfugiés victimes de la guerre des ressources.

Les marchés et les multinationales, soutenus par les partis libéraux de droite et de gauche, travaillent d’arrache-pied pour que le Traité Transatlantique de libre-échange voie le jour en 2016.

Au plan national, il y a une corrélation entre la politique libérale-sécuritaire du gouvernement, l’augmentation des inégalités et la montée du FN. Plus le gouvernement, sous l’influence des marchés, soutient des mesures (TSCG, CICE, Pacte de stabilité, réforme du droit du travail…) qui excluent, divisent et désespèrent, plus la société est mise sous surveillance (constitutionnalisation de l’état d’urgence) et plus le FN grandit dans les urnes.

En ce début 2016, l’écologie politique est fragilisée. Les écologistes sont désormais considérés comme des politiques comme les autres. Ils seraient même pires, car ils étaient censés « faire de la politique autrement ».

Mais les responsabilités personnelles, pour importantes qu’elles soient, ne sont pas seules en cause. Il convient de s’interroger aussi sur notre ligne politique et sur notre stratégie.

… d’avoir laissé croire à l’illusion de la croissance



C’est tout l’enjeu de notre Congrès. Pour emprunter un autre chemin et sortir de la crise interne, il faut auparavant accepter un bilan sans complaisance et reconnaître l’impasse dans laquelle se trouve notre mouvement.

Il s’agit, sans doute, du premier écueil pour notre parti, celui de ne pas avoir eu le courage de porter au débat public un message simple, mais fondamental, celui de l’incompatibilité de l’écologie avec le capitalisme comme avec le productivisme. Alors qu’il était nécessaire de dessiner les bases d’une économie écologiste et d’une société post-croissance, les messages édulcorés et contradictoires que les écologistes ont réussi à émettre ont laissé croire à la population qu’il serait possible de remplacer du fossile par du renouvelable, du pesticide par du bio, sans rien changer au système, sans passer à Tout autre chose. Le développement durable ou la croissance verte « génératrice d’emplois », qui ont sévi dans de nombreux programmes écologistes, obéissent toujours à la loi du profit et de la croissance.

Le projet de l’écologie s’appuie sur la conviction que l’être humain est une composante, et non un maître, de la nature. Le progrès et la technologie sont toujours des dogmes pour ceux, nombreux, qui se vivent en maîtres. Cela non plus, le parti n’a pas su le porter au débat public.

Par ailleurs, la politique des petits pas, qui a guidé notre implantation croissante au niveau local, a sous-tendu la volonté d’une transformation graduelle de la société à travers le travail dans les institutions, en alliance avec les partis de gauche. Cependant, concentré-es sur des victoires réelles, mais éphémères, nous sommes devenus finalement un parti d’accompagnement de la croissance, alors que nous devions en combattre l’illusion grâce à la radicalité du projet écologiste.

La caution politique à l’action de François Hollande s’est révélée mortifère pour EELV. Même après la sortie des écologistes, le parti, à travers ses groupes parlementaires, n’a pas su construire un rapport de force qui nous soit favorable. Cela supposait que le PS, auréolé de son étiquette de gauche, pouvait être un partenaire durable dans un processus de transition écologique. Nous devons tirer les conséquences de cette erreur de stratégie.

Pour un pôle écologiste indépendant sur la scène politique française…



La responsabilité du parti vis-à-vis de la société est posée depuis longtemps : seule l’écologie représente une riposte durable à l’extrême-droite et à la crise.

Un nouveau monde est en train de naître dans lequel s’expriment les valeurs de l’écologie : les biens communs, la coopération, la sobriété, le féminisme, la non-violence et la lutte contre les discriminations. Un monde de démocratie renouvelée et participative, qui accepte et recherche la diversité des savoirs, des origines sociales et ethniques. Un monde où l’activité est relocalisée dans des villes de proximité et des campagnes résilientes, qui protège le vivant et veille au bien-être animal, qui lutte contre la folie nucléaire et les grands projets inutiles comme NDDL.

Il est temps de se donner pour stratégie de devenir un des principaux acteurs, avec d’autres mouvements écologistes et non-productivistes, d’une alternative au libéralisme et au nationalisme. Afin de construire une société qui ne poursuit pas comme premier objectif le profit, mais l’équilibre de son activité avec le rythme de l’environnement et du vivant et qui pense le bien-être de tous ses membres.

Pour y arriver, il est nécessaire d’emprunter un nouveau chemin, celui de la refondation et de l’indépendance. Cela signifie de s’affranchir durablement du PS au niveau national. Pour la présidentielle de 2017, EELV soutiendra la candidature d’un-e écologiste, issu-e ou non de ses rangs, sans participer à une primaire de la gauche, ce qui serait contraire au projet de constitution d’un pôle politique écologiste indépendant.

Dans cette logique, EELV a vocation à présenter des candidat-es écologistes, éventuellement en partenariat avec d’autres mouvements non productivistes, sur l’ensemble des circonscriptions législatives, sans accord national législatif ni sénatorial avec le PS.

Anticipant les grandes manoeuvres politiques en cours, EELV devra impulser l’émergence d’un pôle politique écologiste et indépendant sur la scène politique française, possiblement sous la forme d’une confédération de mouvements non productivistes.

Les écologistes ont vocation à exercer le pouvoir, à entrer dans les institutions pour y faire de la politique (et non l’inverse). Pour cela, nous devons accroître notre influence culturelle dans la société et, par conséquent, notre poids électoral. Il est nécessaire de se donner un plan d’action clair portant, d’une part, sur le positionnement national du parti et, d’autre part, sur les implantations locales.

Le positionnement national est aujourd’hui déficient, à la fois en contenu et en image. Pour améliorer et clarifier notre communication politique un effort important devra être mis en œuvre.

Nous avons une bataille culturelle à mener face au discours dominant du libéralisme. Pour que l’écologie devienne populaire et s’installe enfin dans le débat public, les instances d’EELV, au premier rang desquelles, les commissions thématiques, devront faire des propositions à l’ensemble de la société. Ces propositions déclineront la société post-croissance autour du travail et de la qualité de vie (revenu de base, salaire maximum), de la défense des biens communs (santé, alimentation, climat, monnaie, environnement), de la démocratie directe…

L’Europe c’est aussi une bataille culturelle. Face aux populismes et aux technocrates néolibéraux, les écologistes sont au cœur de la reconquête, lancée par Varoufakis et Podemos, de notre espace de liberté individuelle et collective. Lier l’aspiration démocratique et les exigences écologistes, c’est dés-hexagonaliser la politique française et la remettre dans son biotope européen et mondial.

…porté par un parti ouvert, démocratique et convivial



EELV doit aussi créer un espace de dialogue et de reconnaissance mutuelle avec les associations et les mouvements militants. C’était l’intention louable de la coopérative, qui reste d’actualité. L’écologie ne pourra émerger ni électoralement ni en tant que pôle indépendant sur la scène politique, sans la reconnaissance par le suffrage de toutes celles et ceux qui font l’écologie du quotidien et que le parti a tellement déçu-es jusqu’à présent. Il faut mettre le parti au service des mouvements citoyens et non l’inverse.

La vie interne du parti ne fait pas envie. Les groupes locaux devraient être des lieux de convivialité et de ressourcement. Il est urgent de rétablir la confiance au sein du parti et d’y faire vivre, au-delà du strict respect des règles, des relations chaleureuses et le plaisir de militer ensemble, en particulier en accueillant les nouveaux adhérent-es.

EELV doit s’ouvrir délibérément à la société, en communiquant son ambition d’indépendance au service de l’émergence d’un nouveau monde, en lançant une campagne d’adhésions, en tissant des liens avec les mouvements et en collaborant avec les intellectuel-le-s et les journalistes pour une meilleure diffusion de ses idées.

Les implantations locales doivent faire l’objet d’une attention volontaire de la part de l’ensemble du parti, et non seulement être le fruit du hasard. Pour cela, EELV devra mettre à la disposition des militant-es une formation pour approfondir la transformation de la société, en liaison avec les autres partis écologistes européens et mondiaux.

L’entrée au gouvernement de l’ancienne secrétaire nationale s’inscrit dans une très longue liste de départs de cadres et parlementaires vers des partis concurrents. Ces départs ne semblent pas découler seulement de démarches personnelles, ils sont les symptômes d’un fonctionnement interne du parti qui permettrait l’opportunisme.

Pour favoriser l’écologie face à l’EGOlogie, pour la démocratie, la transparence et l’éthique internes, EELV devra veiller à l’application réelle, dans les faits, de la grille de cumul pour tous et du principe de proportionnalité et d’inclusion des minorités et des minoritaires. Le rôle du Conseil Fédéral doit être réaffirmé, notamment par la mise en œuvre et le respect des motions votées. De plus, notre mouvement doit mettre davantage l’accent sur le rôle essentiel joué par les régions, assumant ainsi son statut de fédération.

Le règlement intérieur d’EELV souffre plus d’une non application, que d’un défaut de conception. Cependant, le retour à une proportionnelle intégrale dans la composition du BE, ainsi qu’à l’impossibilité d’exercer un mandat interne et externe de même niveau, seraient des mesures bienvenues pour se préserver du « présidentialisme », qui est contraire à la démarche écologiste, et renforcer la collégialité du BE. De même, la lutte contre les conflits d’intérêt est un défi permanent qui peut être relevé, notamment, à travers une déclaration de transparence des liens de subordination professionnels et familiaux.

Enfin, le symbole fort du co-secrétariat paritaire, qui a déjà été adopté par de nombreux partis écologistes, sera un facteur de rassemblement et de confiance interne.

Pour qu’EELV porte un nouvel espoir pour un monde résilient, sobre et solidaire, empruntons le chemin de L’IMPRÉVU !

Contactez, soutenez, signez l ‘Imprévu : www.limprevu-eelv.frcontact@limprevu-eelv.fr

Pour consulter la liste des signataires validés par le bureau du Congrès (16/04/2016): Cliquez-ici

LES SIGNATAIRES DE L’IMPRÉVU

Alsace
Bechu Diaz Mathieu, Belin Patrick (soutien), Binici Leyla, Braud Marie-Madelaine, Braud Jean (soutien), Brom Jean-Marie (soutien), Burgmann Christiane, Burgmann Wilhelm, Burgmann Gabrielle, Cadiou Michel, Comte Michèle, Comte Yves (soutien), Dalpra Bruno, Debeire Philippe, Grucker Sylvie, H. Nehlig Herrade (soutien), Hamm Richard (soutien), Hauss Yves, Lartisant Jérôme (soutien), Leonhart Jean-Paul (soutien), Mallo Pierre (soutien), Metz Mireille, Muller Jacques (soutien), Najjar Georges (soutien), Palmier Nathalie, Pauli Willy (soutien), Peiffer Pierre, Peirotes Edith, Rolli Geneviève (soutien), Roos François, Schoenacker Bernard, Sonzogni Djamila, Stoeckel Hugues, Stoll Henri (soutien), Werckmann Françoise (soutien), Weith Marguerite (soutien), Werckmann Jacques (soutien), Zorn Anny,

Aquitaine
Alcorta Martine, Blanchard Dominique, Bourgois Pascal, Bouyssou Jean Alain, Claus Lucie, Deffieux Marc, Ducasse Jean-Daniel, Iglesias Josefa, Kloboukoff Michel, Laforge Karine, Le Bars Jean-Hervé, Longchambon Elisabeth, Marsat Alexandre, Morisset Marc, Nicolas Dominique, Palis-Niermann Nelson, Salane Pierre, Sendin Jacquotte, Viskic Sophie, Vivier Philippe,

Auvergne
Adam Jacques, Belouin Marie-Christine, Bouanane Tahar, Cochet Agnès, Constancias Hubert, Leroux Claude, Lespagnol Claire, Limoges Michel, Pelletier Hélène, Potron Elisabeth, Schneider Olivier, Thevenon Jean-Louis, Volle Gregory, Weibel Thomas,

Bourgogne
Artaz Jérôme, Dhoukar Chantal, Dorbon Edwige, Mouy Christophe, Paul Evelyne, Pinatel Guilhem, Rolland-Remy Mylène,

Bretagne
Branchu Pascal, Bucher Christian, Chenebeau Michel, De Kievit Eva, Deltour Jeannick, Esnault Vincent, Gaugain Astrid, Guézennec Pierre, Herrou Jacques, Kiefe Françoise, Lepaumier Christiane, Mechin Bruno, Menin Françoise, Petit Pascal, Petit Martine, Sauvage Yves, Rouxel Jean, Robert Lantz Francoise, Tortelier Alain,

Champagne-Ardenne
Brunel Françoise, Murgier Hervé, Nicanor David, Petit Marie-Ange,

Centre
Beltoise Julien, Benezzine Abdelhak, Ben Farhat Faouzi, Blanchar Marie-Noëlle, Bouchardon Denis, Bougafer Mohamed, Bourgoin Evelyne, Cabat Maxime, Cazeneuve Marie-Claire, Chaumeron Oifa, Cochard Estelle, Cordier Nelly, De Crémiers Christelle, De Courcel Benjamin, De Sousa Aurora, Dudoret Mickaël, Er Ali, Fagbemi Wassiatou, Fagbemi Régis, Gasnier Hubert, Guy Annick, Hafid Chahid, Joly Claude, Khoutoul Hamid, Lagrange Nathalie, Lamrini Youssef, Leotard Dominique, Maman Lucien, Midoux Félix, Nalet Richard, Noël Jean-Louis, Ouarab Mohamed, Petit Cédric, Richer Claude, Salemkour Massila, Schneiderwind Jacques, Spach Claude-Ève, Tassard Fabrice, Tassel Natacha, Tassin Rémy,

Guadeloupe
Bourgeois marie José, Celini Léonide, Civilise Christian, Chalcou Sylviane, Picard Geneviève, Sylvain Ashley,

Guyane
Ruiz Marie-Cécile,

Hors de France
Duthu Françoise,

Ile-de-France
Alain Jean-Joseph, Aoustin Marie, Ballon Justine, Bastide Jean-Pierre, Benbetka Abdallah, Bernard Stéphane, Bois Jean-Marie, Boumendil Nathan, Bourdon Marie-Claude, Boumendil Nathan, Bruni Thiaba, Bruni Laurent, Burch Noel, Chagneau Yves, Chagny Jean, Cochet Yves, Cziffra Claire Lucie, David-Delcombre Catherine, De La Loge Pascale, Delcombre François, Descalzo Henri, Desjardins Evelyne, Domergue Manuel, Doucet François, Dreano Bernard, Dubarry Véronique, Duranton Marie-Pierre, Fargeas Rémi, Fassi-Fihri Hicham, Faugeron Corine, Favre Jean-Michel, Fiat Françoise, Fournier Danielle, Frémion Yves, Gandais Natalie, Gardères Nicolas, Gayrard Vincent, Gerbeaux Maggy, Godart Annie, Graffin Laurence, Grange Jean-Paul, Guessous Ghizlaine, Guillemot Line, Hamdi-Zaoui Souela, Harel Hélène, Hervey Antoine, Jourdan Pierre, Jouve Louis, Kaabi Chekra, Kasperet Patricia, Lacroix Jaeggy Elena, Laffitte Eszter, Lafont Jean, Lambert Dauvergne Monique, Le Guenniou Anne, Lebourg Annick, Lété Rémy, Lienhardt Hélène, Lipietz Alain, Lowy Elise, Lucot Pierre, Maintenant Frédéric, Mandel Renaud, Martin André, Martineau Damien, Martini-Scalzone Lucia, Masson Thierry, Mazzega Estelle, Moreau Yann, Morlais Jean, Mouhamadaly Navaz, Oumari Hocine, Paulsrud Emily, Perdiz Manuel, Poirier Michel, Polverelli Patrick, Rivret Serge, Rodriguez Emmanuel, Rouyer Michel, Roze Bernard, Sar Auerbach Chiffrin David, Sauvagnargues David, Schaffauser Thierry, Scognamiglio Sébastien, Stanisière Philippe, Szymanski Samuel, Thuegaz Neuhoff Mireille, Vene Danis, Vicherat Philippe, Youssouf Fahima, Zentelin Jean-Louis,

Limousin
Cogneras Cyril, Ozsoy Mumine, Padovani-Lorioux Murriel, Teyssendier Laurent, Thuard Gildas,

Lorraine
Marchand Pierre-Yves,

Languedoc-Roussillon
Alamartine Françoise, Arripe Marie Laure, Boyer Pierre, Douguet Philippe, Escallier Cendrine, Gerber Mariette, Gizard-Carlin Agnès, Morlot Lydia, Vandermeeren Jean-Paul,

Midi-Pyrénées
Assemat Philippe, Beugné Richard, Blandel Françoise, Brosseron Jérôme, Bruneel Jean Marc, Calvet François, Charles Danielle, Charles Michel, Chessé Hélène, Clement-Bollee Olivier, Cortes Florence, Deffarge Franck, Delavergne Danielle, Doerler Bérangère, Doubovetzky Jean, Hanquez Serge, Handschutter Sophie, Jurado Alexandre, Lammens Christian, Lecourt Yves, Lefetey Ben, Marin Frédéric, Escoudé Nelly, Pechin André, Queija Dominique, Ringuet Olivier, Robert Didier, Valade Christian, Van Dijk Hélène,

Normandie (Haute et Basse)
Bertin Marie-Amélie, Biniakounou Bernadette, Buffet Edith, Châteaugiron Gilles, Durand Alain, Hamon Michel, Hamon Chapelle Monique, Lecerf Thierry, Loizeau Henry, Lowy Paul, Lowy Josiane, Marie Brigitte, Rogue Pascal, Thieuleux Daniel,

Nord-Pas-de-Calais
Blanchard Pascaline, BRUNEEL Jean Marc, Delli Karima, Grard Roger, Ludwikowski Daniel, Merly Grégory, Mosbah Pascal, Tétart Etienne, Vilain Xavier, Wacheux Lucile,

Pays-de-la-Loire
Allaire Marie-Elisabeth, Blouin Guy, Cormerais Alban, Debord Pascale, Galliot Gilbert, Hauteville Michèle, Layre Claudine, Mercier Jean-Jacques, Miant Michèle, Pradier Thierry, Soufflet Cédric, Touche Thierry, Xhaard Jean-Paul.

Picardie
Briatte Arnaud, Dupont Lionel.

Poitou-Charentes
Jolly Gabrielle, Léonard Virginie, Nourisson Alain, Trifiletti Stéphane, Wagner Kristina,

Provence-Alpes-Côte d’Azur
Beltrame Elise, Bernillon Sophie, Bordin Robert, Boyer Géraldine, Chérel Didier, Coppola Bernard, Coste François, Decoupigny Fabrice, Ebermeyer Marie, Frick Pierre, Noël Sophie, Gamot Jean-Claude, Haensler Hélène, Hermitte Claude, Pruvot Joel, Raynaud Christian, Rupnik Alexandre, Sif Aïcha, Urban Isabelle,

Réunion
Bridier Laurent, Cadet Jean-Alain, Cadet Cécile, Chopinet Gérard, Duchemann Yvette, Sudnikowicz,

Rhône-Alpes
Alibert Serge, Chich Georges, Cros Geneviève, Gordien-Faure Eric, Henry Françoise, Iehl Corinne, Le Gardeur Hélène, Mathey Cyril, Mengin Jean-Marie, Minnaert Jean, Rebreyend-Surdon Christine,

Savoie
Moccozet Laurent,